Je me demande quel indice (physique ou une onde quelconque !) je possède qui fait que les gens que je rencontre, se confient facilement, me racontent leurs vies, leurs problèmes, leurs doutes et tout ça sans que je ne demande rien, même pas besoin d'encourager, de poser une question, de demander une précision, juste un petit "hum, hum" de temps en temps, suffit à ce qu'ils se déversent.
Vendredi soir mon ami B. me propose de venir diner chez lui : il a invité quelques personnes (connaissances de boulot ou du tango, je n'en connais que 2), dans son nouvel appart et a demandé à son cousin de venir nous faire un couscous.
Lorsque j'arrive, un de ses collègues (appelons-le T.) est déjà arrivé, c'est d'ailleurs lui qui m'ouvre la porte. Il est visiblement jeune, c'est la première fois que je le vois, mais semble très à l'aise, aussi bien avec moi que dans cet appart : c'est lui qui me fait visiter l'appart de B. que je n'ai pas eu le temps de voir avant de partir en vacances.
Tout le monde arrive au fur et à mesure, les personnes sont sympas, chacun parle plus ou moins.
Mais T. a fortement tendance à monopoliser la parole et ce quelque soit le sujet. En plus, il se trouve que nous avons voyagé dans les mêmes pays, il s'installe donc à coté de moi.
Et de fil en aiguille, sans que je ne comprenne bien comment, je me rends compte qu'il est en train de me raconter sa vie.
Il faut dire, que lorsqu'il y a trop de bruit autour de moi, je n'entends pas très bien et je décroche fatalement.
Donc T. me raconte sa vie. J'ai dû dire un "ah oui ?" à un moment crucial dans sa logorrhée car le voilà lancé.
Il vient se séparer de sa dernière copine, depuis 1 mois mais le regrette.
Pourtant, (dit il) leur histoire était impossible : elle est très jeune (21 ans, lui en ayant 31), elle est strip teaseuse dans un club à Pigalle (c'est comme ça qu'ils se sont rencontrés), elle aimerait arrêter ce boulot pour faire un CAP coiffeuse (il est top au point sur les filières qui permettent de faire ce diplôme en tant qu'adulte, si quelqu'un veut des infos, ne pas hésiter à le dire ...), elle voulait se faire tatouer des ailes d'ange dans le dos mais il l'en a découragé à cause de la péridurale, elle a été abusée par son père quand elle avait 14 ans, sa mère la mise dehors à la suite de ça, elle n'a pas d'amies autres que les filles qui bossent avec elle, elle gagne entre 500 et 800€ par soirée, il était très amoureux mais n'en est plus très sur car il se rend compte qu'il peut vivre seul sans problème, il aimerait qu'ils soient amis sur Facebook mais elle ne veut pas, en fait, il n'a pas oublié sa fiancé (la précédente, pas la strip teaseuse), la fille avec laquelle il devait se marier en février cette année mais qui a rompu 1 mois avant (je n'ai pas demandé les raisons de l'annulation du mariage, j'en savais déjà trop), il aime bien vivre seul mais est en manque d'affection, pas forcément de rapports sexuels mais juste le fait de prendre quelqu'un dans ses bras (j'espère que ce n'était pas un message, car il a dû être très déçu de mon manque de réaction) ...
Et voilà, il me raconte tout ça en quelques minutes, et surement d'autres choses aussi que je n'ai pas écoutées ou que j'ai déjà oubliées.
En tous cas, il m'accapare, je ne peux pas suivre les autres conversations qui sont plus intéressantes.
Il me monopolise tellement au point que B. est jaloux !!!
Je ne sais encore pas comment j'ai réussi à ne pas le raccompagner chez lui ...

Mais pourquoi moi ????
Il y avait d'autres filles à la soirée s'il avait besoin de se confier à une oreille féminine (il parait que nous sommes plus attentive aux autres).
Le pire c'est que ce n'est pas la première fois que ce genre de situation m'arrive. En soirée et même au boulot.
Je dois avoir un truc bizarre, ou dégager quelque chose qui font que les gens se sentent en confiance pour se laisser aller aussi facilement.
Je me demande si je n'ai pas raté ma vocation : j'aurais dû faire psy-quelque-chose, rester assise en faisant "hum, hum" ou "que voulez vous dire par là ?" ou "il faudrait creuser cette idée" ou "vous devriez réfléchir à ce que vous venez de dire" ..., puis je leur demanderai 150€ (c'est le tarif du psy de mon frère !) puis ils partiraient rassurés et moi au moins j'aurais prêté mon oreille utilement.
Je vais y réfléchir ...

A moins que ce ne soit un des signes de la solitude des gens, la perte de contacts humains, la distanciation des liens familiaux ou amicaux ?