Un petit billet de (mauvaise) humeur avant de partir (encore) une semaine en vacances (oui, oui, ma vie est super dure ... En fait, je n'avais pas pu prendre tous mes CP sur 2009-2010 et j'ai eu un report de 1 semaine sur cet été, le chef ayant gracieusement accepté !). Mais après rien jusqu'à Noël ...

Donc hier, a été ma journée anti banques !

Ça commence le matin, lorsque je veux déposer du liquide sur le compte de la Junior (l'été chez la grand mère paternelle est financièrement fructueux pour elle !), ainsi qu'un chèque.
Et là, impossible de le faire dans l'agence bancaire. Il faut une carte !
Je bataille en disant qu'elle n'a pas de carte, ils me répondent que si car c'est automatique et gratuit (la fierté du mec quand il dit le mot gratuit, pour un truc qu'ils proposent ...).
J'insiste en disant que non !!! Bien qu'au fond de moi je n'en sois pas sure car c'est son père qui a ouvert ce compte et il ne serait pas impossible qu'il l'ait chez lui mais qu'elle ne soit pas au courant, car elle s'en moque complétement.
" Ah oui, vous avez raison, elle n'a pas été faite. On vous en fait une, elle l'aura dans un mois "
" Et en attendant, on fait comment ? "
" Vous déposez sur votre compte et vous faites un virement avec votre carte "
" Je n'ai pas de compte chez vous "
Heureusement il s'est retenu de me proposer d'en ouvrir un ...
" Il faut passer par l'automate, il n'y a pas d'autre solution "
" Mais à quoi vous servez dans les agences bancaires maintenant, s'il faut tout faire entre Internet et les automates et que vous faites aucune opérations pour les clients ? "
" Mais Madame, nous recevons des clients pour des prêts immobiliers et des placements financiers "
Sa tête de premier de la classe était scandalisée que je doute de leur utilité.
Bref, après avoir bataillé 10 minutes, il a daigné prendre 2 chèques (j'ai transformé les billets en chèque) mais j'ai bien senti qu'il le faisait uniquement pour éviter le scandale.
Il m'assure qu'ils lui font une carte qui ne sert qu'à faire les dépôts et pas les retraits.
Mais auparavant, ils ont téléphoné à son père pour s'assurer qu'il m'autorise à déposer de l'argent sur son le compte de la Junior et lui apprendre que la seule carte qui existe est une carte de dépôt et retrait ...
Et en plus, ils ne savent même pas ce qu'il est possible de faire ou pas !!!
Ils se servent donc à rien ...

Ça c'est pour l'aventure perso.

Hier soir je suis allée voir le film "Cleveland contre Wall Street"
C'est un documentaire qui met en scène l'éventuel procès que la ville de Cleveland essaie de faire à Wall Street partant du fait que toutes les misères qui se sont abattues sur cette ville et ses habitants, est de la faute de Wall Street. Comme le procès n'a pas encore pu avoir lieu, le metteur en scène a demandé aux protagonistes (les vrais gens de la vraie vie, ceux à qui ça arrive) de faire comme si c'était enfin le procès.
C'est absolument réaliste et surtout inquiétant.
Il faut donc aller le voir si on a le moindre doute sur le fonctionnement de l'économie bancaire. Car il ne s'agit pas seulement d'un problème d'économie de marché mais surtout du fonctionnement des banques d'affaires et tous les outils diaboliques (principalement les subprimes) qu'ils inventent pour piquer le max de fric aux autres pour s'enrichir, eux.
On voit des quartiers complétement vidés de leurs habitants, l'expropriation étant la règle pour faire semblant de régler leurs pertes.
Une question naïve : même si les gens n'ont plus d'argent pour continuer à payer leurs crédits, vu que les créanciers se contentent de barricader les maisons (le mécanisme de titrisation des crédits est très bien expliqué), qu'ils les laissent à l'abandon (en fait elles sont vandalisée et squattées), pourquoi ne pas laisser les gens vivre dans leur maison ? Même s'ils ne remboursent qu'une partie de la mensualité,
c'est toujours mieux que rien !
Pourquoi mettre en place une spirale infernale qui tire les populations vers la misère et ne pas essayer de maintenir une vie, un quartier vivant, certes pas très riche mais un peu moins pauvre.
J'imagine que les habitants seraient plus efficaces pour maintenir en état les maisons que de les laisser fermées.
Le propos du documentaire n'est pas forcément de faire de la victimisation de ces populations mais bien de montrer le mécanisme mis en place : ils savaient parfaitement qu'ils sont moins instruits (sans faire d'élitisme, tout le monde ne sait pas gérer un budget), moins vigilants (comment ne pas faire confiance à un type bien habillé qui vous balance des mots incompréhensibles, des tableaux avec des pourcentages et des chiffres toujours plus hauts, toujours plus beaux), que chacun a envie d'avoir sa maison (le fameux rêve américain).
Quelque part, ils sont allés à la facilité avec un grand cynisme.
Mais cela pose un deuxième problème : l'économie ne repose que sur des formules mathématiques et non plus aussi sur la sociologie, l'humain ... Il y a 25 ans, en fac d'éco (et oui, j'ai fait 2 années de sciences éco), on avait déjà plus d'heures de cours de math ou de droit que de sciences humaines.
Il faudrait inventer une troisième voie ....